Toromiro, l’histoire d’un survivant

Une exposition au Jardin botanique Jean -Marie Pelt

01 October 2017 to 31 October 2017

 

Présent bien avant l’arrivée de l’homme, le Sophora Toromiro est un petit arbre qui poussait en abondance sur l’île de Pâques.

Arbre sacré, seul son bois pouvait servir à la sculpture des statuettes rituelles des Pascuans. L’introduction de l’agriculture sur l’Ile avec l’arrivée des premiers occidentaux (1774) a drastiquement modifié l’écosystème forçant l’espèce à se réfugier dans les zones non exploitées. Et en 1965 le dernier arbre vivant en milieu naturel a disparu. Aujourd’hui, il n’existe plus qu’en milieux contrôlés grâce à la conservation et l’échange de graines prélevées sur l’île.

Dans le cadre de son stage au sein de la pépinière de la CONAF (Corporación Nacional Forestal de Chile), Véronique Lepercq (actuellement 3A Sciences et Génie de l’Environnement) a eu pour mission de suivre la croissance de plusieurs plants de Toromiro dans différents types de sol, en vue d’une réintroduction en milieu naturel. Sa réintroduction est cependant difficile. Le cratère d’un des volcans de l’île , contenant un écosystème particulier, représente actuellement le meilleur espoir.

Pour permettre à tous de découvrir l’histoire du Toromiro, Véronique Lepercq propose une exposition au Jardin botanique Jean -Marie Pelt. Une exposition où nature rime avec culture. Elle y présentera cette espèce unique et si particulière, son importance dans la culture locale, les causes et les conséquences de sa disparition, ainsi que les mesures mises en place pour sa réintroduction. Cette exposition est à voir du 1er au 31 octobre 2017.

En contactant de par le monde les différents jardins botaniques possédant le Toromiro, Véronique a également travaillé à l’actualisation, des informations concernant cette espèce, ce qui a donné lieu à un article publié sur le site de la CONAF. A lire ici [en espagnol]. Le texte sera en libre accès et en Français au Jardin botanique Jean-Marie Pelt.

Contact : Véronique Lepercq

Original source: http://ensaia.univ-lorraine.fr

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *